Publié le :

À l’image de Youtube, Talkers veut faire émerger des producteurs de sons et de contenus audio

#Startup

Neuf mois après sa sortie d’incubation chez LINCC, Radiolike devient Talkers et sort sa toute nouvelle application : le premier réseau social qui permet de créer sa playlist personnelle de podcasts couplée à une fonctionnalité d’enregistrement pour faire de ses utilisateurs des créateurs de contenu audio.

 

 

Créée en septembre 2015, la start-up Talkers a pour ambition de réinventer la radio face aux acteurs historiques (Radio France, RTL Group, Lagardère Active) qui représentent aujourd’hui la majorité de l’audience nationale. Talkers souhaite bousculer ce modèle traditionnel grâce à des fonctions d’intelligence artificielle mais également grâce à l’ajout de fonctions sociales.

 

Talkers à l’écoute de ses utilisateurs

Sur l’application les utilisateurs peuvent créer leur propre flux d’émissions de radio, à l’image d’une playlist musicale. L’algorithme de recommandation injecté dans l’application permet, en fonction du flux audio créé par l’utilisateur, de lui recommander du contenu similaire. Cet algorithme permet également de faire de la curation entre auditeurs. Les contenus agrégés proviennent des radios traditionnelles. Les podcasts mis en ligne sur le site de Radio France ont déjà été téléchargés 55 millions de fois ce qui prouve un réel engouement pour cette nouvelle forme de consommation audio.

Talkers ne propose pas seulement de réécouter sur une application les podcasts déjà diffusés en radio. Le cœur du modèle c’est la création de contenu par les talkers eux-mêmes grâce aux fonctionnalités d’enregistrement et de partage. Les auditeurs peuvent désormais s’exprimer, parler et diffuser leur pensée. « Il y a un changement de dimension » souligne Jean-Baptiste Penent, co-fondateur de la start-up. « On passe d’une dimension de récepteur passif à une dimension d’émetteur et de producteur de contenu. On augmente la liberté de parole et la liberté d’expression, la liberté de chacun de pouvoir diffuser à tout le monde sa pensée. Les fonctions sociales vont permettre de faire connaitre les émissions diffusées par chacun. »

 

Un pivot nécessaire

En effet, c’est lors de leur incubation au sein de LINCC, pendant laquelle les deux fondateurs de Talkers ont pu assister à de nombreuses conférences sur les thématiques UX, acquisition et fidélisation d’utilisateurs, qu’ils ont pu se confronter au marché de la consommation de contenus culturels : « On s’est rendu compte à travers les conférences auxquelles nous avons assisté que les usages pour lesquelles nous avions construit Radiolike étaient assez restrictifs. Cette année d’incubation nous a fait prendre conscience des différents aspects du marché. Ce changement de nom témoigne d’ailleurs d’une prise de conscience sur le fait que nous étions en train de passer à côté de la moitié de notre objectif et du marché potentiel. On a donc décidé de passer d’un agrégateur de contenu à un réseau avec des fonctions sociales : écouter, s’exprimer, relayer, commenter, partager ».

 

Le pari de Talkers : favoriser la diversité des contenus et permettre aux jeunes générations de s’emparer de ce média

Aujourd’hui, deux objectifs motivent les fondateurs de Talkers : satisfaire les auditeurs en leur permettant d’accéder à des contenus qui n’ont pas réussi à trouver leur place en radio. Un exemple édifiant : le gaming qui représente aujourd’hui un marché supérieur au marché du cinéma. Cependant, le gaming n’est pas une thématique évoquée dans les programmes des différentes grandes radios citées plus haut. Un gamer peut donc prendre la parole sur Talkers et satisfaire une communauté existante.

Le second objectif pour la start-up est de favoriser l’émergence de jeunes talents et de promettre, à celles et ceux qui créé des contenus et des formats de qualité, une visibilité plus importante. A travers cet objectif la start-up porte également une forte ambition, celle de garantir la diversité des contenus et des prises de paroles, en soit de garantir la liberté d’expression qui est le fondement  de notre société moderne.

Mais si Talkers souhaite faire émerger de jeunes talents sur sa plateforme, qui seront leurs auditeurs ? Ce n’est pas une légende, aujourd’hui les jeunes ont déserté la radio. Habituées à pouvoir accéder à n’importe quel contenu à tout moment, les jeunes générations s’opposent très fortement aux formats traditionnels proposés par les radios. Et pour cause, elles ne veulent pas que leur soit imposé le moment de la journée pendant lequel elles doivent rire ou s’informer. Elles veulent avoir le choix.

A l’image de Youtube qui a créé des Youtubers, Talkers veut faire émerger des producteurs de sons et de contenus audio qui, en s’emparant de cet outil, pourront casser les codes traditionnels  des émissions de radio aux formats strictes (durée, tranches horaires dédiées à des thématiques spécifiques). Les auditeurs pourront désormais construire leur propre grille de programme et écouter librement les contenus qu’ils auront choisis.

 

La version beta est aujourd’hui téléchargeable sur les stores : https://talk.rs/

Découvrez Talkers en vidéo

Partager sur :

Lire aussi #Startup

Facilitez-vous la rentrée avec le plein de bonnes idées !

propulsé par Incubateurs

Personne n’y coupe ! La rentrée scolaire et professionnelle signifie la fin des vacances et l’approche de l’hiver... Mais les startups se mobilisent pour vous rendre la rentrée plus douce ! Place aux activités ludiques et novatrices pour faire bouillonner les têtes blondes et aux outils pro pour les parents qui ont décidé pour cette rentrée de prôner l’efficacité au travail, pour pouvoir profiter de leurs proches et leur home sweet home plus longtemps !

Scènso TV lance son offre inédite et unique de streaming du spectacle vivant

Disponible en multi-écrans, Scènso.tv donnera accès, dès le 20 juillet 2018, à un catalogue de 300 spectacles à domicile ou en mobilité, en France ou dans toute l’Europe. Scènso.tv, accompagnée par la plateforme LINCC, offre aux amateurs, comme aux passionné.es, du spectacle vivant des œuvres sélectionnées pour leur qualités, éditées par un comité éditorial et enrichies de contenus multimédia.