Publié le :

Rencontre avec Jules Dubernard, co-fondateur de RapMinerz, le data-média qui décrypte le rap français

#Startup

     

RapMinerz est un data-média qui explore le rap français. Utilisant une technologie innovante de récolte et d'agrégation de données, RapMinerz créé chaque semaine plusieurs formats multimédias qui proposent une nouvelle approche journalistique. La ligne éditoriale de RapMinerz ? Raconter le rap, ses artistes, ses processus créatifs et ses sujets à travers toute la richesse de ses données. Ancien journaliste-rédacteur en chef, aujourd’hui entrepreneur et co-fondateur de RapMinerz, Jules Dubernard est avant tout passionné par le rap et les nouvelles formes de création vidéo sur internet. Il nous raconte son média.

 

RapMinerz est un projet accompagné par Mediastart, le programme d’accompagnement dédié aux médias émergents porté par LINCC et le Labo de l’édition (Paris&Co).

 

 

​​​​​​Qu’est-ce que RapMinerz et comment est né ce projet de data-média ?

RapMinerz, c’est un data-média qui décrypte le rap français à travers des formats statiques, vidéos ou interactifs sur les réseaux sociaux. Le projet est né de notre amour commun avec Maxime, mon associé, pour le rap, et du sentiment qu’il n’était pas assez mis en valeur dans les médias ou en tout cas pas de la bonne façon.

 

Quel a été le déclic pour lancer ce projet ?

Le déclic s'est fait à l'occasion d'un projet d’événementiel sur lequel on a travaillé avec mon associé. Dans le projet, il y avait l’idée de mêler rap et data pour faire du contenu web. Finalement, on a abandonné l’idée initiale pour se concentrer là-dessus.

 

En quoi l’analyse des données peut-elle proposer une nouvelle approche journalistique pour décrypter et raconter le rap français ?

L’analyse des données permet de mettre à jour des informations invisibles dans une vision d’ensemble. Il y a 10 ans, il y avait à peine quelques albums de rap qui sortaient par mois, contre une cinquantaine environ aujourd'hui. Grâce à notre base de données de 120 000 morceaux et les algorithmes qu’on a créés, on peut rechercher un peu ce qu’on veut : les mots les plus prononcés dans le rap, les personnalités les plus citées ou rapprocher les rappeurs qui ont le plus de mots en commun.

 

Avec les « data interviews », RapMinerz veut renouveler le format de l’interview, en quoi ça consiste ?

Les data interviews ce sont des interviews de rappeurs guidés par leurs propres statistiques. On les interroge sur les spécificités qu’on a analysées dans leur musique afin qu’ils puissent développer en profondeur leur rapport au rap et à la création. On a envie de proposer un format d’interview profond à l’esthétique léchée qui se base sur des faits, et non la subjectivité d’un journaliste, pour arriver à atteindre une forme de vérité scientifique.

 

Quels sont les prochains objectifs de RapMinerz ?

Produire les data interviews, trouver un modèle économique stable sur le média, s’imposer sur YouTube, développer un site web… Et aussi un autre gros projet mais ça on ne peut pas trop en parler pour l’instant ;)

 

Comment peut-on vous soutenir ? 

En suivant le média si vous êtes intéressés par ce qu’on fait ou en en parlant autour de vous si vous connaissez des gens qui aiment le rap. Et puis en participant au crowdfunding bien sûr, ce qui nous permet de pouvoir proposer du contenu non orienté. C’est vraiment fondamental pour nous de pouvoir rester indépendant.

Suivre RapMinerz sur Instagram et YouTube.

 

SOUTENIR LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF DE RAPMINERZ SUR KISSKISSBANKBANK

 

 

Jules Dubernard, co-fondateur de RapMinerz

 

 

Partager sur :

Lire aussi #Startup

Allier croissance et impact positif ? La gymnastique mentale des entrepreneurs

propulsé par Paris&Co

A l’heure où les défis environnementaux et sociaux se font de plus en plus urgents, gouvernements, villes et entreprises multiplient les initiatives pour répondre à ces derniers. On assiste à une prolifération des labels, des démarches RSE et des transformations internes dans les grandes entreprises depuis quelques années. Mais, qu'en est-il de l’écosystème des startups ? Sont-elles plus vertueuses ?