Publié le :

RENCONTRE AVEC DIDIER BORG : du webtoon à la musique, de nouveaux business models pour faire vivre les artistes et emboîter le pas au marché asiatique

#Startup #Bonnes Pratiques

#serial entrepreneur #monétisation de contenus digitaux #musique #édition #marché international #agitateur culturel

 

Il y a dix ans de cela, après être passé par Canal+, par le département cinéma de Médiamétrie et par les Éditions Casterman, Didier BORG a une idée de business et se lance dans la création d’une startup, accompagnée par LINCC et installée au Cargo : Delitoon. Aujourd’hui la plateforme digitale de webtoon et manga n°1 en France connaît un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros et est classée dans le top 5 sur PlayStore. Innovateur dans l’âme, il ne s’arrête pas là et développe de nouveaux projets dans le secteur de la musique et de la monétisation digitale.  

Jeudi 2 juillet dernier, dans le cadre du format d’animation régulier “rencontre avec” proposé par LINCC, il nous faisait le plaisir de revenir sur son parcours et de répondre aux questions de notre communauté d’entrepreneurs. 

Ces expériences variées lui permettent de développer des expertises diverses qui le façonnent au rôle “couteau-suisse” de l'entrepreneur. Les points communs entre toutes ses expériences ?  Nous avons voulu en savoir un peu plus pour comprendre les clés de sa réussite :

 

  • D’abord, il y a l’Asie. Plus particulièrement la rencontre avec la Corée du sud, au départ faite par hasard et qui se transforme en une longue histoire qui inspirera et nourrira nombre de ses projets. Les industries numériques et créatives ont selon lui beaucoup à apprendre de ce pays à la pointe de l’innovation numérique : “ça se passe là-bas” nous affirme Didier. Les nouvelles tendances s’y développent dans un monde concret et rapide, plus réceptif à l’innovation.

 

  • Il y a ensuite un ensemble d’attitudes qui l’ont aidé à passer les étapes les plus difficiles : il développe au cours de ses expériences entrepreneuriales un recul sur les erreurs possibles et nous donne quelques conseils selon-lui précieux :

 

1. Avoir foi dans son projet, à condition d’avoir identifié un marché - et non inventé un marché.  

2. Apprendre à faire par soi-même, et ainsi apprendre à piloter sa “durabilité”. Avant de faire appel à des experts, son conseil et d’essayer seul.  “La patience, c’est de l’argent” estime-t-il : choisir de faire du chemin seul lui a souvent permis de d’acquérir des compétences de base et de piloter l’expertise.  C’est ainsi qu’il juge avoir appris à piloter sa durabilité et avoir pris de la valeur, notamment auprès des investisseurs. 

3. Internaliser le plus possible. De la même manière, utiliser et développer au maximum les ressources de son équipe va permettre de limiter la dépendance à l’externe.

4. Être agile et garder le focus sur l’objectif de départ : toujours se demander comment garder la vraie création de valeur même si le sujet change ou pivote.

 

Au-delà de ces aspects entrepreneuriaux, ressortent dans son parcours des convictions et une volonté de faire bouger les lignes pour les artistes et les consommateurs. Didier porte un regard critique sur les sujets qui le passionnent et les mécaniques faisant actuellement vivre les industries numériques, culturelles et créatives : 

On peut citer par exemple son regard sur les buisness models médias les plus répandus : “L’abonnement, tout le monde croit que c’est la clé de tout, moi je pense que c’est peut-être déjà mort.” 

Pour lui, il faut trouver des moyens de remettre de la valeur dans les modèles payants par de nouveaux biais, notamment via l’initiation à la monnaie virtuelle. Bien différent du Bitcoin ou autres crypto-monnaies, le système auquel il croit est basé sur l’idée qu’il est nécessaire de dématérialiser la monnaie pour changer la façon de consommer des clients. Ce concept a d'ailleurs déjà fait ses preuves puisque c’est ainsi que fonctionne Delitoon.

Être critique, oser changer les modèles pour une industrie plus juste à la fois pour les artistes et les consommateurs, peut-être est-ce le principal moteur de l'innovateur qui réussit. Dans tous les cas, c’est ce qui semble guider Didier Borg, et lui permet aujourd’hui d’offrir aux entrepreneurs des échanges passionnants et riches de réflexions, pour lesquels nous le remercions chaleureusement.

 

 

 

 

Partager sur :

Lire aussi #Startup, #Bonnes Pratiques

Option Innovation : 900 programmes de découvertes pour aider les jeunes à imaginer leurs futurs métiers

Depuis 5 ans, l’opération Option Innovation a permis à plus de 50 000 jeunes et leurs enseignants de découvrir l’innovation et ses métiers grâce à la mobilisation d’un réseau de lieux innovants partout en France. La 6ème édition, organisée avec le soutien de la Fondation Entreprendre, s’annonce riche en nouveautés avec la participation de différentes structures dans plusieurs pays francophones. Retour sur l’interview de Loïc Dosseur, directeur général de Paris&Co.